Les parcours de soins en territoires de faibles densités ou l'impact des déserts médicaux sur la prise en charge des patients. L'exemple du cancer du sein à Clermont-Ferrand
Milhan Chaze  1@  
1 : Territoires
AgroParisTech, VetAgro Sup - Institut national d'enseignement supérieur et de recherche en alimentation, santé animale, sciences agronomiques et de l'environnement, Institut National de Recherche pour l’Agriculture, l’Alimentation et l’Environnement : UMR1273, Université Clermont Auvergne

Si la crise sanitaire actuelle a mis en lumière les limites du système de santé français, la question de l'amélioration de la prise en charge des patients et de la relation entre les professionnels de santé intervenant à différentes échelles géographiques dans les parcours patients relève d'une réflexion bien plus ancienne. Dans les territoires de faibles densités, le contexte est particulièrement propice à cette réflexion, en raison des dynamiques qui les animent, à savoir : d'une part, une évolution de la population marquée par le vieillissement, un taux de motorisation relativement faible, des revenus modestes, etc. ; et d'autre part, une évolution de la géographie de l'offre de soins, marquée par une rétraction, tant pour la médecine de ville (renouvellement des médecins) que pour l'offre de soins hospitalière (fermeture d'hôpitaux ou de services d'hôpitaux de petites villes, par exemple). Dans ce contexte se pose la problématique de la reconfiguration des territoires de faibles densités dans l'offre de soins et de la place qu'occupent les métropoles secondaires (ou les villes intermédiaires) dans l'encadrement médical de la population.
Dans cette communication, nous allons nous focaliser sur le rôle d'une métropole régionale secondaire, à savoir Clermont-Ferrand, dans l'encadrement médical de son territoire régional et dans ses relations avec les territoires qu'elle polarise. Pour cela, nous allons nous appuyer sur le cas des parcours de soins des patientes soignées au Centre de Lutte Contre le Cancer (CLCC) Jean Perrin pour le cancer du sein. Les résultats de cette étude sont issus du projet de recherche PactAURA mené en collaboration avec le CLCC Jean Perrin et financé dans le cadre du programme I-Site Emergence Cap 20-25.
Nous sommes partis de l'hypothèse selon laquelle les caractéristiques des territoires, tant sur le plan sociodémographique que sur le plan géographique (réseau urbain, réseau de communications) ou encore sur celui de l'organisation de l'offre de soins, influaient sur l'organisation des parcours des patientes, et par conséquent sur les relations entre le centre de soins métropolitain où se situe le CLCC, les villes moyennes où sont localisés les hôpitaux de proximité et les territoires urbains, périurbains et ruraux où sont dispersés les autres professionnels et services qui interviennent dans le protocole de soins.
Afin de vérifier cette hypothèse, nous avons mis en œuvre une démarche méthodologique en trois temps :
1. Une analyse cartographique des caractéristiques des territoires.
2. Une analyse cartographique des caractéristiques de l'offre médicale entrant dans les parcours de soins pour le cancer du sein dans les territoires.
3. Une analyse cartographique des caractéristiques et du comportement spatial des 1 820 patientes soignées pour le cancer du sein au CLCC Jean Perrin en 2017 et 2018.
La combinaison de ces trois analyses nous a alors permis d'établir une typologie des territoires en fonction de la prise en charge médicale et paramédicale des patientes soignées pour le cancer du sein.


Personnes connectées : 1